La folie des anglicismes en entreprise

La semaine prochaine, nous allons aborder un sujet vraiment touchy ! Il faut donc organiser ASAP un brainstorming avec la team pour faire un visuel vraiment corporate et éviter le bad buzz. Je vous prépare un brief avec quelques screenshots. De votre côté, forwardez-moi un benchmark. Ajoutez ce projet à votre to do list et pensez à intégrer des KPI pour la partie social media. La deadline est fixée à jeudi prochain, juste après mon premier conf-call de la journée. Ça va être un vrai challenge !

Nous n’avons pas pu résister au plaisir de vous concocter un petit texte parsemé d’anglicismes ! Avez-vous réussi à le décrypter ? S’il est un peu caricatural et fait sourire, il n’est tout de même pas si loin de la réalité ! La loi Toubon impose depuis 1994 aux entreprises d’utiliser la langue française dans l’ensemble de leurs moyens de communication sur la voie publique.

Les conversations (presque) bilingues au sein des entreprises sont quant à elles devenues banales. En effet, des mots et expressions en anglais se glissent de plus en plus couramment dans nos conversations professionnelles. Volonté de paraître à la mode ou réelle utilité, nous vous laissons le soin d’en juger !

Que se passe-t-il chez nos voisins ?

En Espagne, la Real Academia Española* a décidé de lutter contre les anglicismes à travers deux campagnes publicitaires.
Avec un ton humoristique, les campagnes jouent sur la non-compréhension de termes anglais, qui ne freinent pas pour autant l’engouement des consommateurs.
Dans la première, le public espagnol est invité à acheter un parfum dont le nom est “Swine”, autrement dit, un parfum qui sent le cochon !
Dans la seconde, des lunettes “blind” sont proposées, leurs verres étant totalement opaques, appliquant à la lettre leur nom anglais, qui signifie “aveugle” en français.
Ces deux produits ont été proposés gratuitement sur des sites internet dédiés, conçus spécialement pour l’opération.

A travers cette campagne, la Real Academia Española a souhaité mettre en lumière le monopole grandissant de la langue anglaise qu’elle juge dangereux pour la préservation de la langue espagnole. En Italie, une pétition a été mise en place à l’initiative de l’Accademia della Crusca**.
Le hashtag “Dilloinitaliano” (“Dis-le en italien” en français) a fait son apparition sur les réseaux sociaux et la pétition a obtenu 70 000 signatures.

Des experts ont également été désignés pour repérer les anglicismes régulièrement utilisés, notamment par l’Etat et proposer des équivalents en italien afin de tenter de freiner l’augmentation de l’utilisation de termes en anglais. Anglicismes en entreprise

Les anglicismes actuellement à la mode en entreprise

Voici une liste de mots anglais que vous avez certainement déjà entendus au travail.
La source étant intarissable et évolutive, cette liste n’est pas exhaustive.

  • ASAP : « as soon as possible », signifie « le plus rapidement possible »
  • Benchmark : analyse de l’environnement concurrentiel d’une entreprise ou des meilleures pratiques autour d’un sujet donné

  • Buzz : engouement autour d’un sujet, généralement sur internet

  • Bad buzz : mauvaise réaction massive du public, généralement sur internet, provoquée par une action qui ne plait pas ou choque

  • Branding : englobe tout ce qui se rapporte à la construction d’une image de marque (personnalité, valeurs, objectifs, promesse, éléments graphiques)

  • Brainstorming : réflexion en groupe autour d’un sujet pour en dégager des idées

  • Burn out : pathologie liée au mal-être au travail ; résulte d’une surcharge de travail qui devient ingérable et provoque un épuisement professionnel (troubles du sommeil, anxiété, maux de tête, etc.)

  • Brown out : pathologie liée au mal-être au travail ; correspond à la perte de sens au travail, liée à une activité ne correspondant pas aux aspirations du salarié, à ses qualifications ou aux missions initialement prévues

  • Bore out : pathologie liée au mal-être au travail ; provoqué par un ennui au travail dont les causes peuvent être variées (charge de travail insuffisante, tâches répétitives, missions peu intéressantes, isolement)

  • Brief : résumé des informations nécessaires et des éléments attendus pour la réalisation d’un projet

  • Debrief : compte-rendu suite à une mission, un événement, une action, etc.

  • Call, Conf-call : un appel téléphonique

  • Coworking : le fait d’utiliser un espace de travail partagé et d’encourager la création d’un réseau de professionnels

  • Challenger : défier quelqu’un de faire quelque chose ou d’atteindre un objectif

  • Corporate : adjectif utilisé pour désigner un employé très professionnel, dont l’attitude est en accord avec la culture de son entreprise

  • Dispatcher : répartir quelque chose équitablement

  • Deadline : date limite

  • Feedback : retour sur une action, une réunion, un évènement, etc. pour donner des informations complémentaires ou partager son avis

  • Forwarder : faire suivre ou transférer un document ou un message par email (par courrier électronique ou courriel si on supprime l’anglicisme !)

  • Freelance : personne exerçant une activité professionnelle de façon indépendante

  • Followers : nombre de fans sur les réseaux sociaux

  • IT : « Information and Technology », désigne le secteur de l’informatique

  • Input : éléments d’information donnés à une personne

  • Incentive : récompense accordée à un employé pour le motiver suite à un objectif atteint

  • KPI : « key performance indicators », signifie « indicateurs clés de performance » ; correspond à l’ensemble des éléments pris en compte pour évaluer l’efficacité d’une action ; le nombre de fans sur les réseaux sociaux, l’évolution du chiffre d’affaires, le taux d’ouverture d’une campagne emailing sont des exemples de KPI

  • Leadership : capacité à diriger des équipes

  • Mainstream : se dit de ce qui est courant et habituel, suivi par le grand public

  • Networker : élargir son réseau de contacts

  • Open-space : espace de travail décloisonné, regroupant l’ensemble ou la majorité des employés d’une entreprise
  • Overbooké : être surchargé de travail
  • Reporting : correspond au fait de générer des rapports réguliers sur une activité
  • Screenshot : capture d’écran
  • Switcher : échanger quelque chose par autre chose ou passer d’une solution (informatique) à une autre
  • Social media : englobe l’ensemble des réseaux sociaux
  • Touchy : sujet délicat, à aborder avec des pincettes

  • Trendy : à la mode
  • Team : équipe
  • To do list : liste des choses à faire

  • Team building : activités menées pour encourager l’esprit d’équipe

  • Uploader : mettre en ligne un fichier

  • Workshop : formation regroupant plusieurs collaborateurs sur un sujet spécifique

Avec ces explications, vous êtes à même de comprendre tout ce que vous entendrez dans la plus branchée des start-up.

Utiliser des termes anglais à la mode ou privilégier les échanges exclusivement en français, maintenant, c’est à vous de choisir !

N’hésitez pas à compléter la liste en commentaire si vous pensez à d’autres anglicismes utilisés en entreprise !


* Académie Royale Espagnole : institution dont la mission consiste à normaliser la langue espagnole

** Académie de la Crusca : académie constituée de savants et d’experts en linguistique et philologie italienne

One Response to “La folie des anglicismes en entreprise

  • Franck Boyaval
    9 mois ago

    Les defenseursdu franglais argue souvent du fait que c’est plus court. Or, bien des equivalents français (ou francophones : les français ne sont pas les seuls à parler français) sont aussi courts, voire plus courts.
    Networker : reseauter
    Slide : diapo
    Workshop : atelier
    ASAP : DQP (Dès que possible)
    Switcher : permuter

    Cdlt
    FB

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :