L’histoire du langage des signes dans la culture européenne

Autrefois, tout ce qui sortait de l’ordinaire était rapidement décrié et condamné. C’est pourquoi de nombreuses personnes handicapées ont été laissées de côté, sans faire exception des personnes sourdes.

C’est en 1500, en Espagne, qu’un moine bénédictin – Pedro Ponce de León – commence à éduquer quelques enfants nobles sourds. Il n’était sûrement pas le premier à essayer d’éduquer des sourds, mais il fut le premier à faire des démonstrations publiques de son succès [1]. Le but était de simplifier le langage parlé pour que les enfants sourds puissent l’utiliser à l’école.

En 1760, Charles Michel de l’Épée, une figure assez pionnière, rencontre deux soeurs jumelles sourdes et muettes. Il est immédiatement interpellé par la complexité du langage des signes qu’elles utilisent entre elles et crée une petite école chez lui pour essayer d’étudier et de standardiser ce système de communication. C’est à partir de là que le monde commence a comprendre qu’il est possible d’exprimer la pensée humaine avec de simples gestes. Ce travail rend alors possible la découverte de tout un langage créé par les sourds depuis déjà plus de deux siècles. Avec certains de ces « gestes naturels », Charles Michel de l’Épée commence à organiser tout un système de signes spécifiques pour l’enseignement du français [2].

 

Pedro Ponce de León

Pedro Ponce de León

Deux écoles

Durant cette période, l’Europe est témoin de la création de deux écoles se disputant l’apprentissage de la langue des sourds. D’un côté l’école française gestuelle prônait l’idée que les sourds puissent communiquer avec le reste de la société avec des gestes. De l’autre, la méthode allemande, considérait qu’il était prioritaire d’enseigner le langage parlé aux sourds. Cette dernière prend le nom d’école de « l’oralisme ».

L’oralisme s’est rapidement imposée comme l’école dominante. En 1880, le Congrès de Milan finit par interdire tout enseignement du langage des signes, et la mesure perdurera pendant plus de 80 ans. La langue a persisté, bien sûr, mais il s’agissait d’une pratique clandestine entre membres des petites communautés de sourds. Officiellement, c’était la fin de l’éducation en gestes.

La réapparition de la Langue des Signes Française (LSF)

Mai 1968 a éveillé une sensibilité nouvelle à la diversité des cultures en France et a rendu un droit de parole aux minorités, parmi lesquelles figurait la communauté des sourds. Progressivement, ce langage a trouvé sa place dans la société. En 1973, l’Union Nationale pour l’Intégration Sociale des Déficients Auditifs (UNISDA) se constitue afin de représenter auprès des ministères l’ensemble des organisations des sourds, avec l’idée d’obtenir le droit à leur propre système d’éducation.

À partir de ce moment,  les cours en langue des signes se multiplient, l’interprétation de la LSF et l’éducation bilingue font leur apparition, et les sourds s’intègrent de mieux en mieux dans la société.

LSF et ASL

En 1816, Laurent Clerc, professeur à l’Institut de Paris, était déjà parti aux États-Unis avec l’idée de fonder la première école des sourds américaine. Peu à peu, toute une culture des langues des signes s’est développée sur ce continent, avec un système de communication très inspiré de la méthode française. Une fois l’interdiction des oralistes levée, la LSF et l’ASL (American Sign Language) ont construit ensemble une meilleure communication pour les personnes sourdes.

 

LSF et ASL, alphabet

Alphabet du LSF et du ASL

 

Quelque dates intéressantes

1973. L’UNISDA (Union Nationale pour l’Intégration Sociale des Déficients Auditifs) est créé.

1975. Création d’un journal télévisé sur la culture sourde américaine.

1976. Création du premier observatoire linguistique de la langue des signes à Washington.

1992. Première de « Le Pays des sourds », un film documentaire de Nicolas Philibert sur l’oralisme qui a été forcé dans la vie des handicapés auditifs.

2005. La loie reconnaît la LSF comme « langue à part entière ».

2008. La LSF devient une option au baccalauréat.

 

La communication est un facteur très important dans notre société. Pour traduire vos projets, rentrez sur www.eazylang.com et trouvez votre traducteur professionnel !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :