6 Symboles de Noël décryptés

Noël est initialement une célébration religieuse, la commémoration de la naissance de Jésus. Aujourd’hui, c’est pour beaucoup une fête où l’on se réunit en famille, et l’on célèbre ensemble la fin d’année en offrant des cadeaux. Faite de traditions et d’usages, cette fête particulière est pavée de symboles dont le sens semble s’être perdu aujourd’hui. Voici de quoi tester votre compréhension de Noël ;

1) Mon beau Sapin

Au XVe siècle, les chrétiens représentaient la nativité par une crèche. Les protestants des pays scandinaves et d’Allemagne utilisaient quant à eux un Sapin. Ce conifère symbolisait pour eux la victoire du soleil sur l’hiver, en raison de son feuillage d’un beau vert. Les rameaux de sapin étaient d’ailleurs utilisés pour protéger la maison et éloigner le mauvais sort, les maladies et la foudre. Les premiers sapins auraient été vendus pour Noël en 1521, à Sélestat (Alsace).

fir forest

 

2) Les Pommes devinrent Boules

La Pomme en elle-même est un symbole fort de l’imagerie catholique, elle renvoie au fruit défendu de l’arbre de la connaissance. Dès le XIe siècle, on avait coutume d’accrocher de belles pommes rouges aux branches d’un sapin. Les traditions évoluant, on ajouta aux décorations de l’arbre de Noël des noix, confiseries et petits personnages en chiffon. Au XVIIIe siècle, le sapin s’illuminait grâce à des chandelles, ou des coquilles de noix remplies d’huile. Mais en 1858, une pénurie de pommes en Moselle donna une idée lumineuse à un verrier : les boules de Noël (en verre) étaient nées. Leur succès en fit ensuite des incontournables de la décoration de Noël.

christmas balls

3) Que la Bûche soit, et la Lumière fût

Une ancienne coutume du XIIe siècle, qui variait un peu selon les régions, voulait que l’on laisse brûler une bûche dans l’âtre durant la messe de Minuit. Ne pas manquer à l’usage portait malheur ! Et les cendres de cette bûche avaient, disait-on, le pouvoir de protéger la maison. Plus tard, elle migra de l’âtre à la table de fête, où elle était garnie de feuillage et de bougies. Enfin, on inventa une version plus gourmande de la bûche de table (la bûche-gâteau que l’on connaît aujourd’hui).

bûche de noël coupée à la pelle

4) La légende du Houx

Selon la légende, alors qu’ils étaient poursuivis par les soldats d’Hérode qui voulaient tuer Jésus, la Sainte Famille réussit à se cacher derrière un houx. Marie bénit alors l’arbre en déclarant qu’il resterait vert pour toujours. On retrouve aujourd’hui le houx sous forme de pâte d’amande ou de plastique sur nos bûches de Noël – ce qui est préférable au vu de la toxicité de ses jolies baies rouges !

holly

 

5) Le Blé de la Sainte-Barbe

Une ancienne tradition provençale nous venant de l’époque romaine consiste à planter du blé dans trois petites coupelles le 4 décembre. Il est dit que s’ils germent bien 20 jours plus tard (à Noël), les moissons de l’année seront excellentes. C’est une coutume qui a réussi à plaire aux enfants, car elle signifie l’arrivée imminente du père Noël. 😉

wheat

 

6) Le Gui comme porte-bonheur

Cette plante utilisée dans les pratiques druidiques était jadis cueillie à la serpe d’or, lors du solstice d’hiver. Elle était ensuite au centre d’un rituel visant à assurer les bonnes récoltes. En soi, le vert vif de cette plante symbolise la vigueur et l’éternité. On lui attribue aussi des vertus porte-bonheur, lorsqu’on récolte le Gui avant Noël, pour s’embrasser en dessous, avant de le brûler la nuit du 6 janvier (dans cet ordre). Mais attention ! les baies du Gui, comme celles du Houx sont toxiques (et donc à éloigner des mains distraites des plus jeunes).

mistletoe

Saviez-vous quelle était l’histoire derrière ces symboles ? Dites-le-nous en commentaires ou sur notre publication Facebook ! Et si vous avez besoin d’une traduction, n’oubliez pas  sur nos traducteurs professionnels qualifiés.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :