Les langues dont vous n’avez jamais entendu parler

Il existe plus de 7 000 langues dans le monde. Certaines d’entres elles, bien que très anciennes, sont devenues tellement rares qu’elles sont en voie d’extinction. Beaucoup d’entres elles, principalement tribales, n’ont plus qu’une dizaine de pratiquants et sont amenées à disparaître. Elles sont quasiment invisibles pour nous. En réalité, les langues courantes comme l’anglais, l’espagnol, le chinois, le français… ne représentent qu’une minorité des langues mondiales. L’Europe, pourtant considéré comme le « vieux continent » ne représente que 4% des langues parlées dans le monde. Selon l’ONU et l’ UNESCO, une langue indigène disparaît toutes les deux semaines et 90% des langues du monde risquent de disparaître au cours du prochain siècle si les tendances actuelles se poursuivent.

 

Nous avons décidé de mettre en avant ces langues rares et leur histoire avant qu’elles ne deviennent des langues mortes…

 

Le Silbo

L’une des rares langues que vous aurez du mal à traduire à l’écrit. En effet, cette langue originaire de l’île de La Gomera aux Canaries, est la seule au monde entièrement composée de sifflements. Utilisée au départ comme moyen de communication dans les ravins escarpés de l’île, cette langue composée de 4 consonnes et de 4 voyelles est capable de produire plus de 4000 mots. Pour sauvegarder cette langue inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO, elle est même enseignée dans les écoles de l’île.

Le Sarsi

Même dans les plus grands pays, les langues locales ne sont pas à l’abri d’une disparition. Le Sarsi, une langue née au sud des Etats-Unis et actuellement parlée au Canada près de la ville de Calgary, provient d’une ancienne tribu amérindienne dont la population a quasiment disparu. Ainsi, à l’image de son peuple, elle est aujourd’hui quasiment éteinte. On estime qu’il resterait environ 50 locuteurs de cette langue dans la région mais que leur niveau serait assez faible.

Le Ket

À l’instar du basque, le Ket est une langue isolée et étrangère à tous voisins. Présente en Sibérie, c’est le seul idiome survivant de la famille des langues ienisseïennes depuis l’extinction du Yug. Il est d’ailleurs intéressant de voir que cette famille de langues, issue de langues amérindiennes, a pu traverser le détroit de Béring. On estime à 200 le nombre actuel de locuteurs du Ket.

Le Yoron

Vous pensez que le japonais est la seule langue parlée au Japon? Faux! En effet, sur l’île de Yoronjima, une île semblable aux Fidji et très prisée des vacanciers japonais, un petit millier de personnes parlent encore la langue maternelle de l’île, le yoron.

Le Wagiman

Direction l’Australie aborigène avec le wagiman, une langue quasi-éteinte également (moins de 10 personnes la parleraient encore). Présente historiquement sur des centaines de kilomètres carrés du territoire aborigène, cette langue est remarquable pour sa complexité qui fait qu’elle n’est quasiment plus parlée. Mais une partie de la tribu wagiman la comprend toujours.

Le Nǁng (communément appelé Nluu)

L’Afrique est l’un des plus grands viviers de langues dont certaines sont gravement menacées d’extinctions, c’est le cas du Nǁng aussi appelé Nluu. Autrefois parlé en Afrique du Sud, il n’existait plus que 5 locuteurs de la langue en 2013. Ils vivent dans des villages éloignés suite à la séparation et l’expulsion de leur peuple dans différentes parties du Botswana et de l’Afrique du Sud. La particularité de la langue (et de toutes celles descendant du khoisan) est qu’elle est, en partie, composée de sons en « clic ».

Le Tosu (ou Duoxu)

De nombreuses langues en Chine disparaissent à cause de la normalisation de la langue chinoise dans la culture du pays. Ainsi, le tosu (originaire du Tibet et de Birmanie mais surtout parlée dans la province du Sichuan) est actuellement parlée par moins de 10 locuteurs. De nombreuses langues du plateau tibétain sont également en danger face à l’assimilation du chinois par les nouvelles générations.

Le Chamicuro

Cette langue est certainement l’une des premières de cette liste qui sera amenée à s’éteindre. Elle n’est malheureusement plus parlée que par 2 locuteurs assez âgés dans la région amazonienne du Pérou près de la rivière Huallaga. Cette langue n’ayant jamais été transmise par ceux-ci, leurs enfants parlent tous espagnol. Seule source d’espoir pour la survie de la langue, un dictionnaire chamicuro a été créé et l’on peut espérer que certaines personnes se chargeront de faire revivre la langue dans le futur !

Le Taushiro et le Resigaro

Certainement les deux langues les plus proches de l’extinction puisqu’elles ne comptent chacune plus que… un seul locuteur. Ces deux langages sont originaires du Pérou où la problématique d’extinction des langues indigènes est devenue très sérieuse. Depuis quelques années, Amadeo Garcia, 62 ans est le dernier locuteur de la langue Taushiro qui s’éteindra donc sûrement avec lui. Pour le Resigaro, ils étaient encore deux à le parler en décembre 2016 jusqu’à l’assassinat de Rosa Andrade laissant son frère Pablo seul dépositaire de toute une culture…

 

Ces langues ne sont qu’un petit échantillon de toutes les langues menacées dans le monde. Le problème vient surtout du fait que cette extinction massive est rapide et silencieuse. 

Avant l’arrivée des colons en Australie, plus de 250 langues étaient parlées. Il n’y en a plus que 140 aujourd’hui dont environ 130 menacées de disparition. À l’époque précolombienne, il existait 1200 langues au Brésil. Il en reste aujourd’hui 170, la plupart d’entre elles en voie d’extinction. Près de la moitié de ces langues, pratiquées dans des régions peu accessibles, n’ont même pas encore été étudiées. Même en France le phénomène est présent. Jusqu’en 1826, le breton était parlé par plus d’un million de personnes. Aujourd’hui, il reste seulement 200 000 locuteurs qui ont pour la plupart plus de 60 ans. Le breton est classé par l’Unesco comme « langue sérieusement en danger ».

En tant que traducteurs, vous savez déjà transcrire 2 voir 3 ou 4 langues différentes, mais il est toujours intéressant de se pencher sur d’autres, parlées par moins d’une centaine d’individus. Et vous ? Connaissez-vous d’autres langues particulièrement rares à nous faire découvrir ? En attendant, pour vos projets de traductions, vous pouvez toujours utiliser Eazylang et ses 2500 couples de langues potentiels !

 

One Response to “Les langues dont vous n’avez jamais entendu parler

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :